S’en Sortir Sans Sortir – 6

Revenir à : Actualités

A distance, Gardons le lien !

Bonjour à  tous,

Chers lecteurs et lectrices,
Nous espérons que cette belle météo et peut être quelques jours de vacances vous permettrons de profiter de nos nouvelles propositions cette semaine.
En attendant de vous lire, prenez soin de vous.
vous nous manquez !

Si vous avez envie de discuter, c’est par là  :

Cliquez sur l'image et profitez !

Comme si vous étiez...... Dans le rayon BD avec le coup de coeur de Nathalie

De l’ancien au Nouveau Monde, la fabuleuse épopée d’un vaurien en quête de fortune… En 160 pages au très grand format, le dessinateur de Blacksad et le scénariste de De Cape et de Crocs nous offrent cet album d’exception qui constitue leur Livre d’Or ! Fripouille sympathique, don Pablos de Ségovie fait le récit de ses aventures picaresques dans cette Amérique qu’on appelait encore les Indes au siècle d’or. Tour à tour misérable et richissime, adoré et conspué, ses tribulations le mèneront des bas-fonds aux palais, des pics de la Cordillère aux méandres de l’Amazone, jusqu’à ce lieu mythique du Nouveau Monde : l’Eldorado !

Prix Landerneau BD 2019
Grand prix RTL de la bande dessinée 2019
Etoile 2019 de la meilleure bande dessinée
Prix des libraires de BD 2020
Prix Libr’à nous 2020 (BD).

Dans l’espace adulte avec…Louisette

Eh ! oui, ils sont confinés… Mais on ne va pas se laisser abattre…

Bien sûr que le confinement est une épreuve. Sauf quand on a les munitions pour tenir le siège. Et l’on ne parle pas, ici, de kilogrammes de spaghetti ou de haricots verts en conserve. Mais de livres pardi…
Voici une petite liste des livres dont je comptais parler lors de mon prochain café à Marie-Hélène, Danielle, Josette, Béatrice, Christian, Célia, Pascale, Claude… Mais ils sont confinés, tout comme moi. (Enfin, moi, je suis privilégiée parce que je peux les lire.) Alors j’invite tous ceux qui le souhaitent à en profiter, du coup !!!
Vous prendrez-bien des petits gâteaux… Alors, café ou thé ?

Parmi ces nouveautés, voici mon coup de cœur : Un automne de Flaubert d’Alexandre Postel

Nous sommes en 1875, notre homme a 53 ans. Menacé de ruine , incapable d’écrire une phrase, il se sent un homme fini. Il sombre dans une profonde mélancolie et un grand abattement. Pour se ressourcer, il décide il prend la direction de Concarneau où son ami Pouchet dirige la station de biologie marine. Durant cette période de deux mois, il va rendre visite à cet ami qui, pour les besoins de la science dissèque homard, poisson ou autre aplysie de manière pour le moins cruelle. D’une plume incontestablement très élégante, Alexandre Postel décrit l’ambiance de Concarneau, les bateaux de pêche et leur cargaison de sardines, les odeurs, les cris des goélands, les marins qui raccommodent leurs filets bleus, le travail des sardinières dans les conserveries, le charme des lieux est merveilleusement bien restitué. Promenades, bains de mer, repas gargantuesques à base de fruits de mer mais aussi, à travers leurs échanges, rencontre de deux mondes, le monde de l’art avec le monde des sciences, celui de l’écrivain et celui de l’homme de science.
Petit à petit, l’inspiration revient et Flaubert va se remettre à écrire. Le soir, tandis que l’odeur des sardines se dissipe doucement sur la ville, coincé dans sa petite chambre d’hôtel, il commence à rédiger l’un de ses contes : « La légende de Saint Julien l’Hospitalier », vous savez, le même que celui de la chapelle du même nom à Kerdéhel. Et là, nous assistons avec délectation au processus de l’écriture. Alexandre Postel nous offre le fascinant spectacle de la création littéraire et de ce goût d’écrire qui revient. Là, on voit comment s’élabore, dans l’hésitation, le tâtonnement, les errements, une phrase parfaitement rythmée dans laquelle chaque mot est pesé, soupesé, pensé, examiné, comme au scalpel, le fond et la forme, le sens et la sonorité… et la magie opère.
Un bon moment de lecture…

Un extrait :
«Oui, songe-t-il en caressant son lévrier, il a besoin de voir la mer. Faute de pouvoir atteindre le calme en lui-même, c’est à la mer qu’il le demandera. Même agitée, la mer accorde toujours le repos à celui qui la regarde. Sa pulsation obstinée inspire à l’homme égaré dans son labyrinthe intérieur le sentiment des choses simples, et à celui qui doute de la vie, le sentiment de la nécessité… Simple et nécessaire, la mer accueille toutes les douleurs. Elle n’offense pas les âmes fatiguées. »
Un autre :
« Ce qu’il sait, ni les organes reproducteurs de la raie, ni le système nerveux du turbot, ni les chairs suppliciées d’une aplysie ne la montreront jamais, car seul l’art en détient le secret, avec ses phrases chargées de sang, rythmées comme les battements d’un cœur, où la vie palpite dans les violences de ses contradictions et le mystère des ses métamorphoses.»
Un autre :
« Et il vante les bienfaits de l’industrie sardinière qui, vivifiée par les développement récent des conserveries, met les populations locales à l’abri de la misère et du clergé car même le dimanche, on prend la mer, si bien que la pêche a, pour ainsi dire, chassé le péché. »
Un autre :
« Ce qu’il sait, ni les organes reproducteurs de la raie, ni le système nerveux du turbot, ni les chairs suppliciées d’une aplysie ne le montreront jamais, car seul l’art en détient le secret, avec ses phrases chargées de sang, rythmées comme les battements d’un cœur, où la vie palpite dans la violence de ses contradictions et le mystère de ses métamorphoses.»
Un dernier pour le plaisir :
«Malgré toutes les choses qui le séparent de ces ouvrières de la mer, c’est un sentiment de proximité qu’il éprouve. L’activité de ces femmes n’est pas si différente de la sienne : de même que la sardinière ressuscite les poissons morts dans la vie éternelle de la conserverie, le travail de la phrase ne consiste-t-il pas à figer les idées dans l’éternité du style. »
Vous trouverez tous ces livres à l’ouverture de la médiathèque et bien d’autres… promis ! En attendant, restez chez vous et prenez soin de vous.

 

Les nouveautes du café Louisette

MUSIQUE

Que diriez vous d’un petit déjeuner musical confiné ?

Yolande vous sollicite pour que vous lui transmettiez vos coups de cœur Jazz. Envoyez lui à cette adresse: jeunessebm@mairie-baud.fr, l’artiste que vous aimeriez faire découvrir ou redécouvrir lors du prochain  “S’en sortir sans sortir”. Avec l’ensemble des morceaux réceptionnés, yolande réalisera la playlist Jazz des abonnés confinés.

JEUNESSE

On vous a trouvé un site pour lire des albums à vos enfants avec au choix :
– en plein écran , vous lisez
– vous activez le son , vous cliquez sur le rond et la lecture se déclenche….

Le coup de cœur de l'équipe

L’ humeur du moment et la coiffure qui va avec, un coup de chapeau aux soignant.e.s, une petite balade au musée des voisins & copains créatifs; garder confiance, croire en nous, écrire à tout le monde… Haut les coeurs, bon courage à tutti! Momette – La Mine – Laboratoire poétique 10 avril 2020

Corona Info
Mobilisons nous….Initiative Locale.

La région Bretagne a mis en ligne une plateforme pour  permettre à la fois aux petits producteurs d’écouler leurs stocks et aux consommateurs de s’approvisionner en produits frais près de chez eux. Certains producteurs organisent des tournées à domicile réparties en différents secteurs, d’autres vous proposeront de récupérer votre commande dans un commerce de proximité.

N’hésitez pas à cliquer c-dessous.